La maltraitance des enfants est un problème universel qui existe depuis l’Antiquité, mais c’est au XXe siècle avec la déclaration des droits de l’enfant (ONU 1959) qu’elle est considérée comme un crime et un problème aux profondes répercussions psychologiques, sociales, éthiques, juridiques et médicales. La recherche américaine place le début d’une prise de conscience mondiale lorsque des chercheurs tels que Kempe, Silverman, Steele et d’autres, en 1962, ont qualifié le syndrome de l’enfant maltraité. Chez Psychology-Online, nous vous expliquons toutes les informations sur la maltraitance des enfants : types, causes, conséquences et prévention.

Qu’est-ce que la maltraitance des enfants et les différents types de maltraitance des enfants ?

Si vous voulez savoir ce qu’est la maltraitance des enfants, vous devez garder à l’esprit qu’il n’existe pas de définition unique, ni de délimitation claire et précise de ses expressions. Cependant, la définition la plus acceptée est toutes les actions qui vont à l’encontre d’un développement physique, cognitif et émotionnel adéquat de l’enfant, commises par des personnes, des institutions ou la société elle-même.

Cela implique l’existence de mauvais traitements physiques, de négligence, de mauvais traitements psychologiques ou d’abus sexuels, ainsi que le syndrome dit de Münchausen par procuration (NCCAN, 1988). Cette définition est conforme à celle qui figure dans le manuel de psychiatrie du DSM-IV.

Les types d’abus d’enfant que nous pouvons distinguer sont les suivants :

Violence physique

Ce type d’abus comprend une série d’actes perpétrés en utilisant la force physique de manière inappropriée et excessive. C’est-à-dire, c’est cet ensemble d’actions non accidentelles causées par des adultes (parents, tuteurs, enseignants, etc.) qui provoquent chez l’enfant un dommage physique ou une maladie manifeste. Il s’agit notamment de coups, d’égratignures, de fractures, de perforations, de brûlures, de morsures, de secousses violentes, etc.

Négligence ou abandon d’enfant

La négligence est un manque de responsabilité parentale qui se traduit par une omission des besoins de survie de l’enfant qui ne sont pas satisfaits de façon temporaire ou permanente par les parents, les tuteurs ou les tuteurs. Inclut la mauvaise surveillance, la négligence, la privation de nourriture, l’échec d’un traitement médical, l’entrave à l’éducation, etc.

Violence psychologique

C’est cet ensemble de manifestations chroniques, persistantes et très destructrices qui menacent le développement psychologique normal de l’enfant. Ces comportements comprennent les insultes, le mépris, le rejet, l’indifférence, l’enfermement, les menaces, bref, toutes sortes d’hostilité verbale envers l’enfant. Ce type de violence fait en sorte qu’au cours des premières années de la vie de l’enfant, celui-ci ne peut développer un attachement adéquat et se sent exclu de son milieu familial et social, ce qui affecte son estime de soi et ses aptitudes sociales.

Abus sexuel

C’est l’un des types de mauvais traitements qui implique de plus grandes difficultés au moment des études. Il s’agit de relations sexuelles entre un enfant (de moins de 18 ans) et un adulte ou un enfant plus âgé, pour lesquelles il n’est pas préparé sur le plan évolutif et dans lesquelles s’établit une relation de soumission, de pouvoir et d’autorité sur la victime.

Les formes les plus courantes d’abus sexuels sont l’inceste, le viol, la vexation et l’exploitation sexuelle. Elle comprend également la sollicitation indécente sans contact physique ou séduction verbale explicite, les rapports sexuels ou la masturbation en présence d’un enfant et l’exposition d’organes sexuels à un enfant. L’agresseur est habituellement un homme (père, beau-père, autre parent, partenaire de la mère ou autre homme connu dans la famille), rarement la mère, la gardienne ou une autre femme connue de l’enfant.

Syndrome de Münchausen par procuration

Un autre type de violence infantile est le syndrome de Münchausen par procuration, qui consiste à inventer une maladie chez l’enfant ou à la produire en lui administrant des substances et des médicaments non prescrits. Généralement, il s’agit d’un enfant d’âge préscolaire (âge moyen de 3 ans). Les signes et symptômes n’apparaissent qu’en présence de la mère (habituellement l’agresseur) et sont d’une cause inexpliquée ; les tests complémentaires ne permettent pas de clarifier le diagnostic.

Ce syndrome a une mortalité comprise entre 10 et 20 ans et son impact à long terme peut entraîner des troubles psychologiques, émotionnels et comportementaux.

Abus prénatal

En outre, les abus prénatals devraient être inclus, définis comme les circonstances de la vie de la mère, chaque fois qu’il y a intention ou négligence, qui ont une influence négative et pathologique sur la grossesse, l’accouchement et les répercussions sur le foetus. Tels que : rejet de grossesse, absence de contrôle médical et de surveillance de la grossesse, négligence personnelle dans l’alimentation et l’hygiène, médicaments excessifs ou non prescrits, consommation d’alcool, de drogues et de tabac, exposition à des radiations et autres.

Mauvais traitements infligés aux enfants en établissement

Récemment, il a été question de maltraitance institutionnelle, c’est-à-dire de toute législation, programme ou procédure, par action ou omission, des autorités publiques ou privées, par des professionnels sous la protection de l’institution, qui viole les droits fondamentaux de l’enfant, avec ou sans contact direct avec lui.

Chacun de ces types de mauvais traitements présente des indicateurs physiques et comportementaux chez l’enfant maltraité, ainsi que des indicateurs comportementaux et des attitudes de l’agresseur, ce qui aide au diagnostic.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here