Comment le multitâche influence les mauvaises notes et l’échec scolaire

Depuis l’avènement des smartphones, la vérification des messages est souvent devenue une pratique courante. À tel point que nous nous attendons à ce que tout le monde vérifie ses messages avec la même fréquence, et cela nous irrite s’ils mettent trop de temps à répondre. Il est devenu tellement nécessaire que même lorsque les enfants effectuent des tâches qui exigent de la concentration, comme les devoirs ou les études, ils vérifient constamment leurs messages mobiles. Cette pratique qui consiste à faire plusieurs choses à la fois s’appelle le multitâche, mais est-il vraiment possible ou non d’étudier et de faire ses devoirs avec le téléphone portable sur la table ? Nos enfants disent qu’ils ne sont pas distraits et qu’ils ont besoin de leur téléphone cellulaire. C’est pourquoi nous avons décidé de consulter des experts pour connaître l’impact réel du mobile dans les études.

Et y a-t-il un problème si le téléphone est silencieux ?

Une étude récente révèle que seule la présence du téléphone dans la pièce réduit la capacité de concentration d’une personne. L’étude a révélé que les adolescents qui ont laissé le téléphone ailleurs ont fait un meilleur travail que ceux qui l’avaient tranquillement dans la même pièce. Même les adolescents qui ont déclaré qu’ils ne pensaient pas consciemment à leur téléphone ont subi une perte de capacité au cours de l’étude.

La simple présence du téléphone dans la pièce réduit la capacité de concentration d’une personne.

On peut en conclure que beaucoup d’enfants et d’adolescents ne font pas bien leurs devoirs, non pas parce qu’ils n’ont pas la capacité mentale de le faire, mais parce qu’ils ont de la difficulté à se concentrer. Ce n’est pas du tout une nouveauté, mais il est vrai que les technologies aident de moins en moins.
Mais pourquoi les téléphones et les écrans sont-ils si distrayants ? Tout d’abord, leurs fabricants s’efforcent de plus en plus de les rendre faciles à utiliser et toxicomanogènes. Toutes les applications ont des notifications pour nous faire savoir que quelqu’un a téléchargé quelque chose de nouveau ou qu’il y a des choses qui pourraient nous intéresser. De plus, c’est une source de validation, puisqu’elle indique si quelqu’un aime ce que vous avez téléchargé. De cette façon, il y a toujours quelque chose de nouveau à regarder et à passer des heures avec.

Pour les jeunes, il est particulièrement attrayant parce qu’il influence leur socialisation. Les adolescents et préadolescents sont dans une période de construction de leur propre identité, différente de celle de leurs parents, qui consiste à privilégier l’amitié sur la famille. Ils ont également une capacité moindre que les adultes à contrôler leurs impulsions. S’il est compliqué pour les adultes, il est presque impossible pour les jeunes de se contrôler et de donner la priorité à des actions moins désirables, comme étudier, plutôt qu’à des actions plus désirables, comme connaître leurs amis.

N’est-il pas plus productif ?

Et c’est de là que vient le multitâche, l’idée que faire plusieurs choses en même temps nous rend plus productifs. Mais les neurologues n’en sont pas si sûrs, car passer d’une tâche à l’autre fait perdre du temps, sans parler du temps qu’il faut pour réorganiser les pensées avant de reprendre la tâche à laquelle nous étions.
Dès 2009, une étude de l’Université Stanford a examiné comment les multitâches traitent l’information. L’étude a révélé que ceux qui se définissait comme de grands multitâches avaient de la difficulté à ignorer les distractions non pertinentes qui les entouraient et qu’ils effectuaient donc le passage d’une tâche à l’autre moins bien que ceux qui se définissent eux-mêmes avec moins de multitâches.

Le multitâche nous rend moins productifs, nous perdons du temps à changer de tâches et à réorganiser nos pensées avant de revenir à la précédente.

La conclusion est que cette pratique rend le travail moins efficace même si la personne pense qu’elle est plus concentrée. Par conséquent, ceux qui divisent leur attention ne sont pas capables de se concentrer et n’ont pas le temps de réfléchir à la meilleure façon d’accomplir la tâche. Cette pratique produit une pensée superficielle et, dans l’ensemble, se traduit par plus d’heures de travail pour obtenir le même résultat.

Quel est le meilleur traitement pour les personnes atteintes du TDAH ?

Comme le multitâche consiste à déplacer rapidement l’attention d’une tâche à une autre, il existe un mythe selon lequel les personnes ayant un déficit d’attention (TDAH) sont très douées pour le multitâche. S’il est vrai que les stimuli constants des appareils sont attrayants pour le TDAH et que toute tâche nécessitant une attention prolongée est difficile pour eux, cela ne signifie pas qu’ils ont la capacité de changer de tâches constamment et de le faire de façon productive.
Le problème fondamental du TDAH est qu’ils n’exécutent pas bien les fonctions d’exécution, c’est-à-dire celles utilisées pour passer d’une situation à une autre, contrôler les émotions et l’impulsivité et l’organisation. Toutes ces fonctions sont nécessaires pour faire les devoirs, les études et d’autres tâches qui exigent de la concentration. Par conséquent, non seulement ils ne sont pas meilleurs en multitâche, mais cela leur coûte plus cher.

Afin d’éviter les problèmes de concentration, il est nécessaire d’établir une routine qui permet de faire ses devoirs avec un minimum de distractions.

Afin d’éviter les problèmes de concentration dans l’exécution des tâches, qu’il s’agisse ou non du TDAH, il faut établir une routine qui permette d’accomplir les tâches avec le moins de distractions possible. Par exemple, définissez un planning fixe pour les tâches pour lesquelles le téléphone ne peut pas être interrogé. De cette façon, la qualité de l’étude sera améliorée et l’adolescent aura plus de temps libre. S’il est très difficile pour l’adolescent de se concentrer aussi longtemps, des pauses fixes et limitées peuvent être établies pour consulter le mobile à l’extérieur de la salle d’étude.
La discipline nécessaire pour faire des activités sans être distrait n’est pas naturelle, mais il est nécessaire que nos enfants l’exercent afin de se préparer à l’avalanche de technologie qui s’en vient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *