La réduction du temps consacré aux réseaux sociaux a des effets directs sur la dépression. Du moins, c’est la conclusion à laquelle ils sont arrivés dans une étude menée à l’Université de Pennsylvanie. Les chercheurs, qui ont concentré leur étude sur Facebook, Snapchat et Instagram, ont constaté qu’une exposition limitée à ces réseaux réduisait la dépression et les sentiments de solitude chez les sujets.

L’étude prétend avoir montré que l’utilisation abusive des réseaux sociaux a un effet négatif sur la santé mentale

L’étude est intitulée “No More FOMO : Limiting Social Media Decreases Loneliness and Depression,” ; (qui pourrait se traduire par “No more fear of being left out : Reducing the use of social networks reduces loneliness and depression” 😉 et a été menée sur trois semaines en tenant compte des réactions de 143 élèves.

La méthodologie utilisée consistait à diviser les sujets en deux groupes. L’un d’eux a continué à utiliser les réseaux sociaux de façon régulière et l’autre a réduit son utilisation de chaque réseau social à 10 minutes par jour. Pour contrôler les sujets, ils ont envoyé aux chercheurs une capture d’écran de l’utilisation de leur batterie, qui montrait les minutes utilisées dans chaque application.

L’équipe de recherche a constaté que le groupe qui a vu son utilisation des réseaux sociaux limité réduit les symptômes de dépression. L’un des étudiants a déclaré qu’une partie de l’amélioration provenait du fait qu’il ne comparait pas constamment sa vie avec celle des gens autour de lui, ce qui l’a amené à mieux penser à lui.

L’équipe qui a mené l’étude prétend être la première à prouver qu’il existe un lien de causalité entre une utilisation réduite des réseaux sociaux et une meilleure santé mentale, même si de tels rapports existent. Ils ne semblent pas avoir découvert quoi que ce soit de nouveau ou que les réseaux sociaux réduisent vraiment le sentiment de solitude lorsqu’ sont arrêtés.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here