Pour remplacer une ou plusieurs dents manquantes, on peut opter pour les bridges, l’appareil amovible ou bien l’implant dentaire. Ce dernier est une solution efficace et durable, mais très onéreuse et du coup moins utilisée.

Quand, comment, dans quels cas et à quel prix ? Voici l’essentiel à connaître à propos de l’implantologie dentaire.

Qu’est-ce qu’un implant dentaire ?

L’implant est une racine artificielle qui vient remplacer la racine naturelle déjà extraite. Il s’agit d’une petite vis en titane qu’on installe dans l’os à l’endroit de la dent manquante. Une prothèse dentaire fixe (une couronne) est ensuite vissée dans cette racine artificielle.

En pratique, l’implant dentaire est généralement effectué en deux temps. Dans la première séance, le praticien applique une anesthésie locale, incise la gencive, perce un petit trou dans l’os et installe l’implant. Il est recommandé d’attendre au moins six semaines et jusqu’à six mois (période de cicatrisation) avant de fixer la prothèse dentaire. Une prothèse provisoire peut-être placée juste après insertion de l’implant pour des raisons esthétiques.

C’est également possible d’installer l’implant et fixer la prothèse définitive lors de la même séance. Cette méthode, appelée « en temps chirurgical », ouvre le débat entre les spécialistes.

Pourquoi opter pour l’implant dentaire ?

Quand il y a des dents manquantes, les dents adjacentes ont tendance à se déplacer, ce qui peut engendrer différents problèmes : carie, perte de l’engrènement naturel des dents, etc. Sans oublier les difficultés à mastiquer (problèmes digestifs) et l’aspect esthétique. D’où l’importance de remplacer les dents manquantes, grâce à un implant dentaire par exemple.

Parmi les solutions qui existent, l’implant dentaire est le seul qui empêche la perte osseuse engendrée par la perte de dents. C’est également une solution fixe, durable et qui permet de retrouver une dentition complète et esthétique. Attention cependant, l’implant dentaire n’est pas toujours une option !

Quand peut-on recourir à l’implant dentaire ?

Avant d’opter pour l’implantologie dentaire, le chirurgien-dentiste devrait vérifier plusieurs éléments. Puisque l’implant dentaire est placé dans la mâchoire, la première condition est que la base osseuse puisse supporter l’implant. Autrement dit, l’os devrait être en bon état et être suffisant en quantité.

Quand la quantité d’os n’est pas suffisante, une greffe osseuse ou un comblement sinusien peuvent être envisagés pour permettre l’implant. Là encore, le médecin devrait déterminer si une telle solution est possible dans votre cas.

L’implant dentaire nécessite une excellente santé bucco-dentaire. Avant donc d’y procéder, il faut apporter les soins de gencives et de dents nécessaires. Enfin, une bonne santé générale est également requise.

Quelles sont les contre-indications ?

Comme indiqué avant, l’implant dentaire n’est pas toujours une option. Cette technique est contre-indiquée en cas de maladie valvulaire, de maladie osseuse, d’hypertension, de grossesse, d’insuffisance rénale, de diabète, de chimiothérapie, de tabagisme et de certaines allergies. Par contre, l’âge n’est pas un facteur à prendre en compte.

Évidemment, l’implant dentaire est contre-indiqué si la quantité ou qualité d’os est insuffisante et qu’une greffe osseuse ou autre solution n’est pas envisagée.

Le problème majeur avec l’implantologie dentaire reste son prix très élevé. Il faut compter entre 800 et 1500 euros, voire plus, pour la pose d’un implant. De plus, le traitement n’est pas remboursé par la sécurité sociale.

Nos conseils femmes :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here