Le bébé doit-il rôter après chaque tétée ?

Si quelqu’un nous demande comment faire faire faire un rot à un bébé, c’est clair : dans les bras, face à nous et secouez jusqu’à ce qu’il souffle de l’air. Pour l’instant, tout est plus ou moins clair. Le problème vient quand on essaie de les faire roter toujours, après chaque piqûre, parce qu’on nous a dit qu’il est important qu’ils respirent, parce que s’ils ne sont pas ennuyés, agités, irritables et ne dorment pas bien.

Pourquoi est-ce un problème ? Parce qu’en réalité il n’est pas toujours nécessaire de le faire, et souvent c’est nous-mêmes, en essayant de les faire roter, qui réussissons à les mettre en colère et à finir par pleurer. C’est pourquoi nous répondons aujourd’hui à cette question : Est-il nécessaire que le bébé rote après chaque tétée ?

Nous avions beaucoup de rots à faire

Nous sommes la génération des biberons. La plupart d’entre nous étaient nourris de lait artificiel et de biberons, et à l’époque les biberons n’avaient pas beaucoup de secret ou de technologie : un biberon avec un trayon dont l’ouverture était plus ou moins grande selon la façon dont notre mère décidait avec ses ciseaux.

A cette époque, beaucoup d’entre nous avalaient trop vite, certains trop lentement, d’autres à un rythme normal, jusqu’à ce que le lait s’épuise et qu’il ne reste que de l’air. Et dans ce processus, nous avons avalé plus ou moins d’air, mais nous l’avons avalé.

Puis, quand nous avons fini, l’air est resté dans nos estomacs, nous dérangeant, et nous ne sommes pas restés complètement détendus jusqu’à ce que nous rotions, ce qui était le signe, pour maman ou papa, qu’ils pouvaient nous mettre au lit.

Mais maintenant….

Cependant, à l’heure actuelle, les biberons sont conçus (pas tous, mais plusieurs) de façon à ce que les bébés n’avalent pas ou très peu d’air, et il existe même des façons (comme la méthode Kassing) de les nourrir au biberon qui permettent au bébé de décider lui-même du rythme de l’alimentation et non de la gravité. En d’autres termes, qu’ils mangent en tétant, et non ” parce que le lait tombe “.

Les bébés avalent donc moins d’air que par le passé et n’ont pas besoin de roter après l’allaitement, essentiellement parce qu’ils n’ont pas d’air dans leur estomac.

De plus, les taux d’allaitement sont de plus en plus élevés et, comme beaucoup d’entre vous le savent, il n’y a pas d’air dans le sein. Quand il n’y a pas d’air, mais du lait, le bébé ne peut qu’avaler du lait, surtout s’il s’agit d’un bébé qui a une bonne prise en main et n’a pas pleuré pendant un moment avant de manger (car s’il pleure, il peut avaler de l’air et ensuite, quand il mange, il est contrarié). La succion qu’un bébé fait est du type à vide : elle est prise au sein dans le vide, et je répète, si la position est adéquate, le bébé n’avale pas d’air.

“C’est dur pour moi de rôter.”

C’est le nombre de mères qui sont confrontées à ce problème aujourd’hui : leur bébé met beaucoup de temps à roter. Ou plutôt, ils en arrivent à ce qu’ils croient être un problème, parce que ce n’est pas vraiment un problème.

Si un bébé allaité au sein ou au biberon s’endort après avoir mangé et est calme, il vaut mieux ne pas le toucher. C’est dommage de commencer à le déplacer à la recherche d’un rot qui ne viendra peut-être jamais, parce que certains se mettent même à pleurer, puis oui avalent de l’air en pleurant, et finissent par expulser un air que les parents croient “avoir coûté cher pour en sortir”, alors que ce sont eux qui l’ont causé.

C’est différent si l’enfant dort agité et fait souvent des rots après les tirs. Donc la chose la plus logique est d’essayer de le faire jeter avant qu’il ne s’endorme. De plus, il est intéressant de faire rôter un bébé s’il est capable de régurgiter le lait. Dans ce cas, chez les enfants qui, après les tétées, viennent verser des quantités importantes de lait, il peut être judicieux d’arrêter de temps en temps la prise d’air, d’encourager l’enfant à retirer l’air qu’il a pu avaler et à continuer, et de répéter de temps en temps l’opération pour que lorsque vous avez fini de manger, il suffit de jeter un petit bol d’air et non une grosse bulle de lait avec du liquide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *